Cugnon (Fief Luxembourgeois)

Voici les monnaies que je possède de Cugnon :

 

- Double-Tournois de Jean-Théodore

Certains auteurs prétendent qu’en 648, Sigebert III, roi d’Austrasie, fonde en cet endroit un monastère gouverné par saint Remacle, apôtre des Ardennes. Mais ce dernier, trouvant sans doute les lieux trop solitaires, obtient la fondation des abbayes de Stavelot et Malmedy. Cugnon devient alors un simple prieuré. D'ailleurs d’autres auteurs, tout aussi dignes de foi que les précédents, doutent de l’érection réelle d’un monastère, saint Remacle n’ayant séjourné que fort peu de temps à Cugnon.

 

Ceci reste donc discuté et discutable, néanmoins une charte de cette époque existe, qui parle de la donation par Sigebert, de ce lieu, afin d’y fonder un monastère.

Vers 940, Richer évêque de Liège de 920 à 945, abbé de Lobbes et de Prüm, gouverne aussi à Cugnon une petite communauté de six moines. Ces pieux cénobites accomplissent, avec scrupule, le vœu de leur supposé royal fondateur, Sigebert III, roi d’Austrasie. En réalité les vestiges d’un ancien monastère subsistent dans les derniers temps à Cugnon, dans un prieuré qui appartient aux Jésuites de Luxembourg.

En 940, selon les traditions locales, il existe donc un châtelain ou castellanus à Cugnon. À cette époque les châtelains acquièrent une certaine indépendance. Ils ont de grands pouvoirs et les membres de la petite noblesse locale et les francs désormais leur obéissent. La puissance souveraine se fractionne aux alentours de l’an mil. Le recul du pouvoir comtal reproduit avec un demi-siècle de retard, celui de l’autorité monarchique. Mais si Dom Calmet écrit : on connaît dans le Luxembourg une ancienne maison de Cugnon, qui portait : d'argent à la face de sinople, accompagnée en chefs de trois merlettes de sable, et en pointe d'une rosé de gueules, feuillée de sinople, il peut vouloir dire des seigneurs de Cugnon avant les comtes de la Marck. La succession héréditaire au niveau des fiefs est toutefois beaucoup plus fréquente au niveau des chastelains que chez les premiers vassaux. Il ne faut pas comparer les pouvoirs du chastelain, parfois confondu avec le vicomte vers l'an mil, et le châtelain-concierge de la fin de la féodalité.

Au centre de la boucle de la Semois à Cugnon, on découvre l’oppidum gaulois des Trinchis, de l’époque de la Tène. Il est, selon André Matthys inspecteur général du Patrimoine, occupé au moment de la guerre des Gaules par l’armée romaine en lutte contre les Trévires. Un natif du coin, Jean-Paul Wuyts prétend que c’est dans un gué pas très distant de l’oppidum que Titus Labienus, un des principaux lieutenants de César durant la guerre des Gaules, combat victorieusement le chef trévire, Indutiomar (–54/–53). L’abbé Hector nous dit qu'une voie romaine passe à Cugnon. L’importance stratégique du lieu est liée à la proximité du diverticulum de la Chaussée de Bavay à Trèves.

L’historien Tillière se demande dans son étude si le Casaecongidunuin, fondé par saint Remacle vers 648 aux bords de la Semois, s'identifie avec Conques ou avec Cugnon. Étant connue la loi de phonétique qui régit la transformation des noms gaulois latinisés endunum à forteresse, aucun doute ne peut subsister en faveur de Cugnon. D’ailleurs un ouvrage universitaire très récent : Les Sociétés occidentales du milieu du VIe à la fin du ixe siècle, consacre un chapitre à Moines et nature sauvage dans l’Ardenne du haut Moyen Âge (saint Remacle à Cugnon et à Stavelot).

À la fin du xe siècle Cugnon fait partie de la doyenné d’Yvois.

Si Dom Calmet nous précise uniquement que les Cugnon constitue une ancienne maison, Les chroniques de l'Ardenne et des Woëpvresnous disent que ce lignage est ancien et illustre. C'est l’une des Pairies du Luxembourg. Dans le cas de Cugnon et des premiers seigneurs de Cugnon, pairie n’a pas le sens français. Dans nombre de principautés territoriales, surtout du nord, un groupe de« pairs » se constitue au xiiie siècle. Ce titre de pair est accordé aux aristocrates issus des familles les plus anciennes, celles qui constituent au xie siècle toute la noblesse. L'accession à la noblesse des milites (combattants à cheval) au cours des xiie siècle et xiiie siècle emmène pour les antiques familles nobles un besoin de distinction dans la titulature qui se manifeste par l'adoption du titre de pair. Dans d'autres principautés (vicomté de Limoges, comté de la Marche…), c’est le titre de baron qui répond à ce besoin

.

Le Dictionnaire historique et géographique des communes belges ajoute que la seigneurie de Cugnon, est l’une des sept terres franches du duché de Luxembourg. L'alleu noble, par opposition au fief, ne comporte ni hommage ni services nobles.

Dans l'abbaye d'Orval vers 1850, 442 ans après la mort d’Henry Cuidieu Pardouit, et de sa femme Marguerite de Cugnon, leur gisantau fil du temps est devenue celui de Louis V de Chiny et Jeanne, comtesse de Chiny. Des investigations plus sévères permettent à l’auteur de l’étude sur Les ruines et chroniques de l'abbaye d'Orval… de conclure que cette tombe appartient à de moins illustres personnages, bien qu'ils fussent de la plus ancienne noblesse de la Semois. La sculpture du mari de Marguerite de Cugnon est de grandeur naturelle… tête nue, décoré du manteau d'hermine… vêtu d'une cotte de mailles et d'une tunique. On distingue sur lui l'équipement complet de la chevalerie; brassards, cuissards, genouillères, jambarts, l'épée et la dague de miséricorde, et l'écu sur la cuisse droite. L'histoire ecclésiastique et civile du Duché de Luxembourg et Comté de Chiny cite de son côté l'épitaphe de Marguerite de Cugnon.

Les Cugnon ont leurs armes gravées dans la salle du Dais de l'abbaye d'Orval avec les blasons des maisons célèbres de la contrée, jusqu'à la Révolution française. En 1793, les troupes du général Loison incendient l'abbaye.

Les Double-Tournois de Cugnon (CGKL#676 à CGKL#678)

CGKL#676 - Double-Tournois

Type 1 / Rareté R2

2,5 gr - 20 mm

 

Buste tête nue avec un grand col de dentelle sur le drapé.

 

Avers / Début de légende à 7 heures, cercle lisse.

(fleuron)I.TH.C.D.LE.RO.S.S.D.CH.CVGN

Légende a

 

Revers / Début de légende à 12 heures, cercle perlé.

Dans le champ, quatre lys autour d'une rose à quatre pétales.

+ DOVBLE.TOVRNOIS.1633

Légende 1

 

Association de légendes : a1

 

Commentaires sur mon exemplaire :

Très bel exemplaire avec un coin de frappe d'avers en fin de vie vu le nombre de coins bouchés et cassés.

CGKL#676 - Double-Tournois

Type 1 / Rareté R2

2,4 gr - 20 mm

 

Buste tête nue avec un grand col de dentelle sur le drapé.

 

Avers / Début de légende à 7 heures, cercle perlé.

(fleuron)I.TH.C.D.LE.RO.S.S.D.CH.CVGN

Légende a

 

Revers / Début de légende à 12 heures, cercle perlé.

Dans le champ, quatre lys autour d'une rose à quatre pétales.

+ DOVBLE.TOVRNOIS.1634

Légende 1

 

Association de légendes : a1

 

Commentaires sur mon exemplaire :

Bel exemplaire avec une usure homogène mais identifiable. A noter une cassure de coin au revers à 7 heures.